Formation : un dispositif transitoire de financement mis en place

Janvier 2020 marque une nouvelle échéance dans l’application de la loi du 5 septembre 2018 qui réforme la formation professionnelle. Depuis le 1er janvier, la gestion financière et technique du compte personnel de formation (CPF) est assurée par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) qui prend ainsi le relais des Opco. Ce changement de gestionnaire implique une période de transition pendant laquelle certains dispositifs de financements sont bloqués. C’est le cas notamment des abondements au CPF qui permettaient jusqu’à présent à la branche d’apporter un complément financier pour des salariés qui souhaitent engager un parcours de Certificats de qualification professionnelle (CQP).

Hausse des besoins

D’autant plus que cette année, les besoins de formation pourraient être en hausse. 2020 marque également une échéance pour une précédente réforme de la formation professionnelle. La loi du 5 mars 2014 impose aux entreprises un entretien professionnel avec leurs salariés tous les deux ans pour échanger sur leurs perspectives et évolutions professionnelles. À cela s’ajoute l’obligation, tous les six ans, de faire un état des lieux récapitulatif des actions de formation dont le salarié a bénéficié. Et en cas de non-respect de ses obligations, l’employeur encourt des sanctions financières sous forme d’abondements au CPF du salarié. Comme la première échéance de ce bilan à six ans tombe cette année, des entreprises qui ne l’avaient pas anticipé pourraient vouloir engager des formations pour répondre à leurs obligations.

Vous désirez en savoir plus ? Cliquez ici.

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email